change language     -        


La France bat son record d'exportation de boissons alcoolisées

February 15, 2018, 4:53 am

Type: consumption

       




news_image

© Fournis par BFMNews


 

Les exportations françaises de vins et spiritueux ont franchi un nouveau record "historique" en 2017, avec une progression de 1 milliard d'euros du chiffre d'affaires à l'étranger, a annoncé mardi la Fédération des exportateurs.

L'an passé le nombre de caisses de douze bouteilles de vins ou d'alcools exportées dans le monde (198,6 millions) a progressé de 5%. Ces ventes à l'étranger ont rapporté 12,9 milliards d'euros, soit une progression de 8,5%, selon les données fournies par la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS).

Cette "remarquable" performance "consolide la place du secteur au rang de second excédent commercial de la France, avec 11,5 milliards d'euros", et "porte haut les couleurs de la Maison France partout dans le monde" a jugé Antoine Leccia, président de la FEVS.

 




Fini le marasme dans le vin

Comme en 2016, le cognac a tiré les exportations (+8,7% en volume et +10,8% en valeur), mais les expéditions de vins ont aussi repris des couleurs avec une hausse de 6% en volume et de 9,6% en valeur, après quatre années consécutives de marasme due au manque de compétitivité de la production française. Cette dynamique a profité à toutes les régions viticoles, avec près de 145 millions de caisses de vin expédiées (+6%).

Après les incertitudes dues au Brexit de l'an passé, les ventes dans l'Union européenne sont reparties à la hausse (+4,5%), mais la croissance résulte à plus de 80% de l'appétit des consommateurs dans les pays dits tiers (Etats-Unis, Asie..) pour les alcools français.

Des accords de libre-échange "primordiaux"

Les États-Unis sont ainsi restés le premier marché, avec un chiffre d'affaires désormais supérieur à 3 milliards d'euros (+10%). La Chine a aussi poursuivi sa croissance, avec un chiffre d'affaires supérieur à 1,2 milliard d'euros, une hausse de 25%, portée par l'essor des classes moyennes et l'urbanisation de la population.

"Il est primordial pour notre secteur d'une part de poursuivre des accords de libre-échange ambitieux avec les marchés clés du monde entier, de lutter contre les barrières commerciales et de renforcer la protection des indications géographiques, d'autre part de renforcer notre capacité à exporter, pour préserver et développer les 300.000 emplois liés à nos exportations, principalement dans les territoires ruraux" a estimé Antoine Leccia.



Source: msn